Savoir ou connaître

 

PublicationFacebook-110Peu de gens peuvent se vanter de saisir pleinement la différence entre savoir et connaître. En effet, les subtilités ne manquent pas lorsque l’on veut choisir le bon terme à tout coup. Comment s’en sortir? Eh bien il existe des trucs quasi infaillibles qui feront de vous un professionnel dans ce domaine. D’abord, il faut comprendre que la différence n’est pas que dans la définition, mais aussi dans la morphologie des deux verbes rebelles.

Tout savoir sur savoir

Savoir est utilisé pour des faits, des choses connues de façon approfondie, des capacités, des informations reçues. Ainsi, on l’utilise dans le cadre suivant :

  • un enseignement : « Je sais compter »;
  • une pratique : « Je sais faire des tartes »;
  • avoir reçu de l’information : « Je sais que tu viens à Noël ».

Mais au-delà de ces notions essentielles, on peut observer que savoir est souvent suivi d’une proposition subordonnée comme que, qui, où, quand, comment, etc. S’il n’est pas suivi d’une proposition subordonnée, il sera suivi d’un verbe à l’infinitif (à quelques exceptions près). Dans la phrase suivante, par exemple :

« Connaissez-vous ce poème? Mon frère le sait par cœur. »

Le verbe savoir est utilisé sans être suivi d’un verbe à l’infinitif ni d’une proposition subordonnée. Il est suivi d’une préposition et d’un nom. Il faut donc parfois s’en remettre au sens de la phrase qui est ici une connaissance approfondie de l’objet. L’expression par cœur peut toutefois nous aider à résoudre le mystère de cette exception. On trouve le même problème avec l’heure. Dans la phrase :

« Savez-vous l’heure qu’il est? »

Le verbe savoir est bien suivi d’un déterminant et d’un nom. Il s’agit de se servir de ces trucs avec prudence.

Tout connaître sur connaître

Le verbe connaître, en revanche, est utilisé pour parler d’une expérience que l’on a, la connaissance de l’existence de quelque chose, et surtout, plus spécifiquement des gens que l’on connaît. Ainsi, avec connaître, on parle :

  • de gens : « Je connais cette femme »;
  • de lieux : « Je connais la France, j’y suis allée deux fois »;
  • et de son expérience : « Je connais la littérature, je suis maître es lettres ».

De même, on peut observer que le verbe connaître ne sera jamais suivi d’un verbe à l’infinitif ni d’une proposition subordonnée. Au contraire, il sera suivi d’un nom. Bien sûr, il faut comprendre la syntaxe pour se servir de ce truc parce que le nom ne suit pas directement le verbe connaître. Avant le nom, on peut voir un déterminant bien sûr, mais aussi un adverbe. Ces derniers ne formant qu’un simple écran qui ne rend pas fausse l’affirmation selon laquelle le verbe connaître est toujours suivi d’un nom. Et mieux encore, il ne sera jamais suivi d’une proposition subordonnée ni d’un verbe à l’infinitif comme je l’ai dit ci-dessus, ce qui rend le choix du verbe dans les phrases présentant cette structure facile à faire. Je le sais bien, je ne me trompe jamais!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>