Méthode d’analyse de la phrase

PublicationFacebook-133

L’analyse de phrase a été mise à l’épreuve depuis des décennies. Les nouvelles méthodes d’enseignement tendent à laisser de côté cette habitude assez laborieuse au profit d’approches plus attirantes pour l’apprenant dont l’objectif à court terme est bien défini. Pourtant, lorsqu’on s’y attarde, cette méthode d’apprentissage permet une compréhension approfondie de la langue qui pourrait venir en aide à l’apprenant avancé. Cette méthode d’analyse, si vous la pratiquez sérieusement, vous aidera à :

1. Mieux saisir la structure (la structure tout court, le sens et les subtilités de sens) des phrases que vous lirez.

Premier stade : Saisir la structure des phrases que vous analyserez péniblement.

Deuxième stade : Saisir immédiatement la structure des phrases que vous lirez ordinairement.

2. Vérifier et corriger la structure de vos propres phrases.

Premier stade : Vérifier et corriger vos phrases par le recours explicite à la méthode.

Deuxième stade : Corriger automatiquement la structure de vos phrases à mesure que vous les écrirez.

3. « Varier », « étoffer », « enrichir », « styliser » et « balancer » vos phrases.

Voici les structures de phrases principales :

Phrase  • Un verbe de base simple

Une proposition indépendante :

Ernestine mange une pomme.

Phrase  • Plusieurs verbes de base composée

Plusieurs indépendantes :

Ernestine mange une pomme et Arthur regarde le pommier.

 Phrase  • Un verbe de base + un ou plusieurs verbes subordonnés complexe

Une principale + une ou plusieurs subordonnées :

Ernestine mange une pomme alors qu’Arthur regarde le pommier.

 Phrase  • Plusieurs verbes de base + un ou plusieurs verbes subordonnés composés complexes

Plusieurs principales + une ou plusieurs subordonnées :

Lorsqu’ils vont au verger, Ernestine mange une pomme et Arthur regarde le pommier.

Une ou plusieurs indépendantes + une ou plusieurs principales + une ou plusieurs subordonnées :

Ernestine mange une pomme et, lorsqu’elle le fait, Arthur regarde le pommier.

Comment conduire une analyse

Modèle de base.

La phrase analysée et — dans le cas d’une analyse détaillée — chacune des propositions qui la constituent seront divisées en 1, 2, 3 ou 4 « termes », marqués en chiffres romains.

On donnera toujours la même valeur aux mêmes chiffres et on placera toujours :

au terme I — le sujet,

au terme II — le verbe ou syntagme verbal prédicat

au terme III — les compléments du verbe et l’attribut du sujet 4

au terme IV — l’attribut de l’objet direct

Exemples :

L’enfant joue.

I— L’enfant

II— joue

Ernestine trouve le gardien.

I— Ernestine

II— trouve

III—  COD – le gardien

Ernestine est heureuse.

I— Ernestine

II— est

III—  ATT – heureuse

Ernestine trouve le gardien endormi.

I— Ernestine

II— trouve

III—  COD – le gardien

IV—  ATT – endormi

 (Sens : Ernestine le trouve endormi.)

Ernestine trouve le gardien endormi.

I— Ernestine

II— trouve

III—  COD – le gardien endormi

 (Sens : Ernestine le trouve.)

Une telle analyse pourrait vous permettre également de corriger vous-mêmes vos problèmes de syntaxe. L’autocorrection est une partie importante de la formation. Ainsi, la correction de phrases mal construites propulse l’apprenant à un excellent niveau. L’analyse syntaxique méthodique permet de facilement mettre le doigt sur les défauts de structure de ses phrases et d’en visualiser la correction. Il existe plusieurs façons de s’exercer et chaque stratégie amène l’apprenant à mieux s’imprégner de l’esprit français, de la phrase non traduite, mais autonome dans sa langue propre. L’apprenant peut tenter d’imiter des phrases connues en remplaçant les mots de vocabulaire, les verbes, même les temps de verbe et les compléments. Finalement, l’apprenant peut inventer des phrases simples en décomposant des phrases complexes à partir de textes publiés sur les sites gouvernementaux par exemple ou encore l’inverse, c’est-à-dire composer des phrases complexes à partir de phrases simples. L’investissement de temps sera bénéfique et constituera, si la méthode est suivie avec sérieux, une différence importante dans la compréhension du système français et donc, dans les réflexes du locuteur lors de discussions. La compréhension écrite ne peut que s’améliorer drastiquement aussi, pourvu que les efforts soient soutenus et dépassent le stade où il est pénible de réfléchir à la fonction et la nature des mots.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>