LES FAUX AMIS

PublicationFacebook-99L’un des plus grands défis de l’apprentissage d’une langue seconde consiste à éviter de transposer la construction de phrases ou la phraséologie de votre langue maternelle dans votre langue d’apprentissage. Il est toutefois normal de traduire de manière directe ou littérale au début d’une formation linguistique. Votre langue maternelle se veut après tout votre filet de sécurité; la langue avec laquelle vous êtes le plus à l’aise de communiquer. Ainsi n’est-il pas surprenant que vous vous accrochiez à elle dans les premiers temps, un peu comme une personne en train de se noyer s’accrocherait à un morceau de bois au milieu de l’océan!

Le problème avec la traduction directe ou littérale, c’est que celle-ci peut vous mener à faire des erreurs facilement repérables. En voici quelques-unes :

  1. Traduire le mot « explication » en français par le mot « explication » en anglais. Le terme anglais est plutôt « explanation ».
  2. Traduire « la bonne réponse » par « the good answer ». En anglais, « good » est l’antonyme (l’opposé) de « bad ». Il faut plutôt utiliser « correct » ou « right » en parlant d’une réponse.
  3. Traduire « planification » par «planification » en anglais. Le mot anglais est plutôt « planning ».
  4. Traduire « le responsable » par « the responsible » l’anglais emploie le mot « responsible » seulement comme un adjectif et non comme un nom. Il faut donc dire « the person in charge » ou « the person responsible for… (doing something).
  5. Traduire « librairie » par « library ». En anglais, on dit « bookstore » pour « librairie ». Le terme « library » correspond plutôt à « bibliothèque » en français.

Alors, pourquoi devrait-on éviter de traduire directement d’une langue à une autre? Tout compte fait, traduire ne vous aidera pas à développer vos compétences en langue seconde. Lorsque vous parlez, le fait de comparer simultanément une langue avec une autre vous empêche de parler naturellement. Les traducteurs et les interprètes expérimentés se doivent, par leur travail, de passer ainsi d’une langue à l’autre, mais pour vous qui apprenez une langue seconde, traduire littéralement ne peut que nuire à votre apprentissage.

Aussi, de nombreuses expressions, phrases et structures grammaticales ne peuvent être traduites de manière littérale, puisqu’on en perdrait le sens ou la signification dans l’autre langue. En voici quelques exemples :

  • Si je traduisais littéralement « J’ai mon voyage », je lirais « I have my trip », ce qui n’a pas de sens!
  • De même, si je traduisais « chanter la pomme » par « singing the apple », vous vous demanderiez de quoi je parle!

Donc, comment s’y prendre afin d’éviter ces traductions fastidieuses? Il s’agit en fait de pratiquer l’usage de la langue, en lisant et en écrivant; en parlant l’anglais et en écoutant les anglophones le parler. Pour s’y faire, voici quelques conseils :

  1. Recherchez la définition et le synonyme d’un mot anglais dans un dictionnaire FRANÇAIS, au lieu de chercher la traduction dans un dictionnaire ANGLAIS.
  2. Associez une humeur ou un sentiment à un mot français. Cela vous aidera à utiliser ce mot dans le contexte adéquat.
  3. Lisez. Lisez. Observez comment la langue est utilisée dans les textes français.

Enfin, pour ceux et celles qui en sont au niveau intermédiaire des compétences FLS, nous vous invitons à visiter ce site, qui porte sur les Faux Amis les plus communs.

http://www.fauxamis.fr/

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>