H muet ou h aspiré?

PublicationFacebook-110

Selon l’Office de la langue française, on retrouve deux h différents en français : le h muet et le h aspiré. Bien qu’aucun des deux ne corresponde à un son, on doit apprendre à les distinguer parce que, dans le cas du h aspiré, on ne peut pas faire l’élision. Le h aspiré est une consonne à part entière, on doit donc en tenir compte dans la prononciation. Cela explique pourquoi le h aspiré n’accepte pas les liaisons.

En effet, le h aspiré interdit la liaison; on prononcera ces hamacs (sé-a-mak); vous hurlez (vou-ur-lé). Ce qui se passe en réalité, c’est que les mots qui commencent par un h aspiré commencent par une voyelle du point de vue phonétique (le point de vue du son), mais ils se comportent (par rapport aux mots qui les précèdent) comme s’ils commençaient par une consonne. On aura par exemple : la honte et non l’honte. On ne peut, non plus, employer la forme masculine du déterminant possessif devant les mots féminins commençant par un h aspiré; on aura donc ma hanche et non mon hanche.

Le h aspiré favorise par surcroît la prononciation du e final du mot qui précède, ce e étant habituellement considéré comme muet. Ainsi, on dira : une grande haie (unn-gran-de-è).

Voici, afin de vous aider à intégrer cette notion, une liste des principaux mots qui commencent par un h aspiré :

 

hache

hagard

haie

haillon

haine

haïr

hall

halo

halte

hamac

hamburger

hameau

hamster

hanche

handicap

hangar

hanter

happer

harceler

hardi

harem

hareng

harfang

hargne

haricot

harnais

harpe

hasard

hâte

hausse

haut

havre

hennir

hérisser

hernie

 héron

héros (mais non héroïne)

hêtre

heurter

hibou

hic

hideur

hiérarchie

hiéroglyphe

hippie

hisser

hocher

hockey

hollande

homard

honte

hoquet

horde

hors

hotte

houblon

houle

housse

huard

hublot

huche

huer

huit

humer

hurler

huron

husky

hutte

hyène

 Bien que nous l’entendions souvent, les-z-handicapés n’est pas une prononciation adéquate puisque le h de ce nom est aspiré. Il faut donc dire les handicapés sans faire de liaison entre le déterminant et le nom.

Ainsi, il faut comprendre que dans le cas du h muet, au contraire du h aspiré, on peut faire l’élision. Le h muet ne joue aucun rôle dans la prononciation du mot; c’est comme si la lettre n’existait pas. La majorité des h en début des mots s’appellent h muets, car ceux-ci n’ont aucun effet sur la prononciation. Il est possible d’effectuer une liaison avec le h muet puisqu’il n’existe pas en tant que véritable consonne. C’est pourquoi les mots commençant par un h muet se comportent, à l’oral, comme les mots qui commencent par une voyelle. La liaison se fait avec le mot qui précède. Par exemple, on prononce : un hameçon (un-namm-son); très habile (trè-za-bil); nous habitons (nou-za-bi-ton). De même, à l’écrit, devant un h muet, on fait l’élision, c’est-à-dire qu’on supprime la voyelle finale du mot qui le précède et qu’on la remplace par une apostrophe. Par exemple, on écrit : l’humilité, quart d’heure, je m’habitue. Enfin, on emploie les formes masculines des déterminants possessifs devant les mots féminins commençant par un h muet. Par exemple, on écrira : ton haleine.

 Le h muet entraîne également, pour le mot qui précède, la non-prononciation du e dit muet qui se trouve à la fin. Par exemple, on prononce : une grande héroïne (unn-gran-dé-ro-inn); une fraîche haleine (unn-frè-cha-lènn).

Autres exemples :

les habitudes (qui se prononce les-z-habitudes)
les habitations (qui se prononce les-z-habitations)
l’homme
l’herbe

Le h muet et le h aspiré sont des notions tout de même un peu capricieuses qui peuvent demander une petite vérification au dictionnaire de temps à autre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>